top of page
Search
  • anaisnourguitarles

Femme Fou Labo

Updated: Apr 4, 2023



Création au Bethanien à Berlin, Commande du festival Klangwerkstatt (13 min).

Pièce écrite pour moi-même et divers objets d'un laboratoire de chimie, machine à déclenchement midi connectée à 7 piezo, eux-mêmes connectés aux différents objets, le son est programmé et contrôlé sur un patcheur Max Msp.



L'idée première de cette pièce était de construire un laboratoire sonore qui serait joué comme un instrument, en direct, par sa créatrice: une chimiste du son. J'ai installé un imaginaire scientifique en amenant sur scène de vrais objets de laboratoire de chimie, que j'ai mélangés avec des objets inventés, pour brouiller les pistes.

La composition apparaît comme un rêve, comme une séquence de parties sans liens apparents, empreinte de surréalisme. Comme dans un rêve, nous avons déjà accepté le fait qu'il n'y a pas de logique, cela nous permet de supprimer toutes attentes concernant la forme et la structure. Pour obtenir cet état d'esprit particulier d'une écoute ouverte, je commence la pièce par l'enregistrement de la voix d'un homme mystérieux, faisant un discours flou sur une période surréaliste extra-terrestre. Une fois le prologue terminé, les interprètes commencent à découvrir le laboratoire sonore. Puis viennent quelques moments ludiques, exploitant le potentiel humoristique de la situation, cependant le sérieux revient. Enfin, à la fin, la joueuse fait un signe, avec une confiance exagérée, au complice de la console et quitte la scène. Le laboratoire continue à jouer tout seul. Toute la construction de l'histoire est alors remise en question, qui est et était en charge du contrôle du son ? Était-ce une fausse découverte, et l’interprète a tout orchestré ? Toute la cause à effet précédente disparaît. La boucle du rêve est bouclée, nous laissant dans la confusion du matin, au réveil.


Recherches:

J'ai utilisé une multiplicité contrastée de sources sonores. Une catégorie d'entre elles était les enregistrements phonographiques de l’île de Rügen : des sons provenant de l'intérieur de l'énorme tube métallique (baumwipfeipfad im naturelle Zentrum Rügen), un paysage sonore avec une voix d'homme et de femme qui semble intime, un homme faisant des bruits de plaisir étranges avec la chaconne de Bach à la guitare en fond sonore et quelques cris aléatoires.

Cela alterne avec une catégorie d'électronique pure : des sons électroniques brut de type MaxMsp avec un espace artificiel, et un robot de Bach programmé un peu trop vite...


J’ai d’abord essayé de trouver une connexion entre l'objet et le son de manière sémantique, mais j'ai vite abandonné car cela ne marchait pas. Ensuite, j'ai détourné les objets de leur finalité et j'ai essayé de trouver une connexion dans le geste. Par exemple : Le piezo 4 est relié à une boîte avec un couvercle amovible. C'était un geste intéressant d'ouvrir la boîte et que le couvercle tombe automatiquement en produisant un son de " clap ". J'ai utilisé entre autres un son enregistré d'un gigantesque couvercle en bois, fermant un tube métallique de 100 mètres de long, produisant une énorme réverbération. Ainsi, lorsqu'on ouvre le couvercle de la petite boîte, au moment de la chute, le piezo se déclenche et le clap est amplifié de façon surréaliste, perturbant nos sens et nos attentes.



Un autre exemple, à l’opposé, est de connecter un objet et un son de façon très aléatoire. A chaque fois que je fais tomber une pilule dans l'entonnoir, un programme électronique terrible du plus célèbre prélude de Bach se met en marche. Au même moment, des cris aléatoires sont déclenchés dans l'autre piezo, induisant une ambiance bizarre mais humoristique.



Cette composition m’a complètement sorti de ma zone de confort pour plusieurs raisons. Tout d'abord, me mettre sur scène en tant qu’interprète m'a donné beaucoup moins de contrôle sur ma performance que si j'avais dirigé quelqu'un d'autre depuis une vision extérieure. J'ai pu gérer cette partie grâce à l'aide de l'actrice et metteuse en scène Mirabelle Kalfon. Une partie de ce défi était aussi de trouver l'équilibre entre faire un spectacle ou un concert, et de trouver une réalisation qui nous maintienne finalement plus dans une situation de concert. Le partie la plus fastidieuse a été de remettre en question ma propre conception de la forme et de la structure, de trouver une liberté et d'accepter de ne pas contrôler entièrement le résultat de la pièce, à cause du travail en temps réel avec Max MSP. Mon but était de libérer ma composition de son cadre habituel. J'ai essayé de déconditionner mon écriture en sortant complètement de ma zone de confort compositionnel.



22 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page